63053membres
110142posts
Bandeau
Bandeau
annuler
Affichage des résultats de 
Rechercher plutôt 
Vouliez-vous dire : 

Lutter contre les bouffées de chaleur.

54
Superfan

Lutter contre les bouffées de chaleur.

Bouffées de chaleur. Les causes et les conseils de prévention.

 

Lorsque notre corps subit un trouble physique ou un symptôme désagréable au quotidien, on ne tient pas toujours compte de leur signification ni les gestes à adopter. Ce phénomène se produit en général plus chez la femme que chez l’homme.

Tout ce qu’il faut savoir sur les bouffées de chaleur en 6 points.

 

Comment les reconnaître ?

Les symptômes des bouffées de chaleur sont nombreux et se diffèrent d’une personne à une autre. En général, elles se traduisent par une sensation de chaleur brusque et passagère du visage et du cou. Elles peuvent se manifester par des rougeurs, accompagnées généralement de sueur et de frisson. Les bouffées de chaleur sont principalement dues à un déséquilibre hormonal et se manifestent surtout la nuit.

 

Les causes : les hormones

Les causes des bouffées de chaleur sont principalement les bouleversements hormonaux. Elles peuvent être provoquées majoritairement par la ménopause, mais également par l’hystérectomie ou l’ablation des ovaires, la grossesse, l’hyperthyroïdie et l’hypoglycémie. Chez l’homme, la baisse du niveau de testostérone est également comme une raison de l’apparition des bouffées de chaleur.

 

Les autres causes

A part les problèmes hormonaux, les bouffées de chaleur peuvent subvenir dans le cas d’intolérance alimentaire, d’allergies, de stress, de mauvaise alimentation et d’hygiène de vie (la consommation d’aliment épicé, caféine, alcool, sel ou tabac).

 

Les conséquences

La régulation de la température dans notre organisme est la première concernée par les bouffées de chaleur. Les sueurs nocturnes jouent sur la qualité du sommeil et peuvent engendrer du stress, de la fatigue et du surmenage. Après une bouffée de chaleur, un refroidissement peut se faire sentir soudainement provocant de l’inconfort dû à l’écart de la température ressentie.

 

Les solutions

Certains traitements peuvent être prescrits par un médecin en cas de bouffée de chaleur due à un dérèglement hormonal. Des estrogènes sous forme de médicaments (THS) sont parfois prescrits, mais seul l’avis d’un médecin peut accorder ce traitement. L’homéopathie ou la phytothérapie ou encore la méditation seraient des méthodes recommandées afin de lutter contre les sueurs.

 

Conseils de prévention

Pour prévenir et soulager les bouffées de chaleur, la pratique journalière d’une activité physique est la première prévention aux bouffées de chaleur. Ce mode de prévention exige d’éviter de consommer de l’alcool en excès, d’éviter les aliments trop épicés ou encore d’apprendre à se détendre. Ce trouble physique est facilement évitable grâce à un mode de vie plus serein.

54 RÉPONSES 54
Nouvelle Star

@marylinne Merci pour cet article très intéressant, j'ai une amie qui en souffre , c'st une vraie pollution pour elle.

Ce qui est rare c'est que votre article traite de toute les différentes bouffées car elles ne sont pas toute dues aux flux hormonal et cela prête à confusion parfois. 

Superstar

Merci beaucoup @marylinne pour ce post très intéressant et instructif qui ne montrent les multiples causes de bouffées de chaleur.

Superstar

merci @marylinne pour ce post. Mes souvenirs de bouffées de chaleurs sont hormonaux lors de la ménopause mais je n'ai pas à me plaindre, elles ont été de courtes durées. Ma gynécologue de l'époque avait souhaité me délivrer un médicament qui venait de sortir, radical soi-disant pour stopper ces petits malaises ; je l'ai refusé et j'ai appris quelques années après que ce médicament était un facteur de cancer du sein...

Mais tout cela est bien lointain pour moi maintenant !

@marinbleu, contre les bouffées de chaleur d'ordre hormonal, il existe en phytothérapie des médicaments très efficaces. Souvent, il ya de la déshydratation qui amplifie les symptômes. 

Beaucoup de médicaments contre les effets secondaires de la ménopause ont été longtemps trop dosés en hormones donc cancérigènes. 

Ceci dit, quand vous voyez tout ce qui l'est ou est sensé l'être de nos jours, manger devient compliqué 😊

Et les modes. .Ce qu'on diabolise durant des années devient bienfaisant et inversement  ( le beurre actuellement que les usa s'arrache après avoir craché dessus car trop gras)

@marinbleu@Estelle, En phytothérapie contre les bouffées de chaleur, il y a les compléments alimentaires de la gamme Ménophytéa très efficace, le Trèfle Rouge, le Houblon, les Graines de Lin, les Isoflavones de Soja (mais il y a une communication de l'OMS qui en réduit l'utilisation au profit des autres compléments alimentaires). Et je suis anti-THS par principe et c'est incompatible avec mes problèmes de santé.

@Beadu94 , tout à fait ! Il existe des dizaines de produits très efficaces  ( pas sans danger comme toute la phyto contrairement au croyance populaire. On leur dit souvent que la belladone et la nicotine sont des plantes, elles tuent).

La communication a été bien faite, de même que celle actuelle contre le levotyrox par un grand laboratoire. Beaucoup ont stoppé net leur traitement et se mettent bien plus en danger. 

Sur le même thème, en ce moment sévit la mode du pain au charbon. 

Le charbon est un puissant " absorbeur " dans l'estomac, à dose quotidienne ou régulière il va donc " nettoyer" les autres substances actives comme les traitements médicaux et contraceptif .

Mais la dessus, aucune communication n'est faite, ce qui est dramatique !

en ce qui concerne le charbon, @Estelle il peut être utile, à titre exceptionnel, le jour où un repas se heurte à un estomac récalcitrant (!) mais il suffit de lire la notice pour savoir qu'il faut l'utiliser à bonne distance (3 heures je crois) de la prise de médicaments afin que ce charbon n'annule pas les effets des remèdes. Mais encore faut-il lire la notice ou l'emballage, première précaution à prendre lorsqu'on ne connaît pas un remède chimique ou naturel, il me semble.

@marinbleu tout à fait d'accord,il est utile à dose raisonnable et à distance des repas, trois heures est l'idéal. 

Beaucoup ne lisent pas les notices et préfèrent aller sur des sites " médicaux ", la plupart sous contrôle de laboratoire qui distille ce qui l' arrange. 

On a déjà le cas de personnes consommatrices de charbon qui voient leur traitement devenir caduque. 

pourtant @Estelle, lire des précautions d'emploi sur une notice me parait plus rapide qu'aller sur internet où on lit parfois tout et n'importe quoi, vous avez raison. 

Quant au fait de trop prendre de charbon, il me semble que lorsque les symptômes de maux d'estomac ou de difficultés digestives persistent trop, il est préférable de consulter et de faire faire des examens. c'est juste un remède de dépannage.